Tournoi du placard Hokuto no ken PS2 : présentation du jeu

Par | 9 mai 2014

hokuto no ken

Salut à tous, dans le cadre du tournoi du placard du vendredi 16 mai, je vous propose une vue d’ensemble du jeu Hokuto no ken

Adapté du manga culte du scénariste Buronson et du dessinateur Testuo Hara, c’est surtout  la série tv qui aura marqué à jamais le paysage télévisuel Français tant par sa violence non dissimulée engendrant moult polémiques sur les dessins animés japonais , que pour son doublage absurde rendant le héros idiot et les méchants très, très idiots (les générations de fans s’en délectent encore).sur playstation 2.

Le jeu, quant à lui, est sorti en 2005 en arcade au japon puis en 2007 sur Playstation 2. Il fut développé par arc system works, la firme qui a vu naître Guilty gear et Blazblue (ai je besoin de le rappeler?) et édité par Sega, les 2 firmes ayant beaucoup collaboré à partir du milieu des années 2000,notamment sur la série Guilty gear.

Tour d’horizon du cast

Hokuto no Ken: Shinpan no Sōsōsei Kengō Retsuden , de son nom original complet, est un jeu de combat en 2D présentant beaucoup de caractéristiques des jeux made-in Arcsys (bande son rock,animation des persos…).
Le roster est de 10 personnages. les 4 frères du hokuto shinken : kenshiro, raoh, toki, jagi ; 4 étoiles du Nanto roku seiken : Shin, Rei, Yuda, Souther ; ainsi que Mamiya et Heart, le perso féminin et le « gros choppeur ».
C’est peu à l’égard des nombreux personnages charismatiques de cette série. Dans les grands absents on peut citer Shu de l’étoile de la vertu, aveugle pratiquant le Nanto avec ses jambes ; Ryuga le frère de Yuria combinant Nanto et froid ; Jyuza des nuages et Fuudo de la montagne qui sont pour Raoh symboles de défaite. On pourra penser aussi au gouverneur de la prison de Cassandra, un colosse avec des fouets, dont il aurait été intéressant de voir ce que Arcsys aurait pu trouver comme gameplay personnel pour lui.

Le gameplay général

– Le jeu se joue en 5 boutons : LP/LK/HP/HK et boost(S) et le système de gatling combo (enchainement des légers aux forts) rend la prise en main intuitive.
– Chaque perso peut effectuer un double jump, un high jump(bas/haut rapidement), un air dash, un air backdash, le dash avant étant un run.
– La projection classique se fait avec avant ou arrière +HK.
– 5 barres seront à l’écran : vie, garde, aura (fury,2 stocks maximum), boost (cancel) et 7 étoiles (pour les fatal K.O).
– Avec S vous cancelerez tous vos coups normaux ou spé en effectuant un dash avant. Plus la pression sur le bouton est maintenue, plus longtemps vous dasherez.
-Vous aurez la possibilité de faire une aura guard (faultless de Guilty) pour ne pas perdre au chip damage en pressant S en garde moyennant de la barre d’aura.
– Contre 50% de cette barre et durant la garde, en faisant avant +HP+HK, vous effectuerez un coup repoussant l’ennemi durant son pressing (blow off à la manière de KOF).

le jeu vous propose 4 coups particuliers:  1/la choppe spé  2/le grave shoot  3/le heavy strike  4/le banishing strike.
1/La choppe spé s’effectue en pressant LK+HK, avec pour particularité de faire perdre une précieuse étoile à l’adversaire
2/Un air launcher exécutable avec LP+HP qui peut être suivi en pressant haut pour continuer en air combo
3/Un casse garde avec un léger temps de charge, réalisable avec LP+LK, enlevant une étoile et laissant stun un court temps
4/Le dernier, et non des moindres, est un launcher horizontal, s’effectuant en pressant HP+HK. Il envoie l’adversaire contre le coin et en le suivant avec avant, vous partez dans des combos intenses aux dégats astronomiques ! A noter que ce coup peut être chargé, ce qui fera reculer l’opposant en lui faisant perdre une étoile mais sans possibilité de poursuivre en combo derrière.

Particularités du jeu

Outre le fait que chaque perso reste unique, avec son gameplay propre (yuda a 2 strikers,toki embrouille l’adversaire devant/derrière, mamiya utilise des armes en nombre limité, jagi piège le terrain, etc..), le jeu vous offre la possibilité de battre votre adversaire en un coup (WHAAAAT ?!) ce sont les fatals K.O. Vous et votre adversaire démarrez le match avec 7 étoiles formant la grande ourse (vous savez, la casserole dans le ciel la nuit) et certains coups vous font perdre une de ces étoiles (coups spé en counter ou en combo, furies, choppe spé, heavy strike, banishing strike, etc…). Dès lors que votre adversaire a perdu sa dernière étoile, en faisant un quart avant HP+HK (nature ou en combo), vous exécuterez votre fatal K.O, tuant votre adversaire pour le round et ce quelle que soit sa barre de vie. S’il reste des rounds après cette victoire, l’adversaire récupérera toutes ses étoiles au round suivant.
A noter que le nombre d’étoiles se suit d’un round à l’autre : si vous finissez le round 1 avec 5 étoiles, vous commencerez le 2eme round avec ces 5 étoiles, et ainsi de suite. Par ailleurs, si vous manquez votre fatal K.O, cela redonnera une étoile à votre adversaire.

Conclusion

De manière plus large, Hokuto no ken est assez connu pour être buggé d’infinits, certaines vidéos japonaises montrant des 130 hits à base de LP ou des ground bounces insensés sur tout l’écran (O_o) mais rassurez vous, ils nécessitent une bonne connaissance du jeu et une certaine dextérité (que je ne possède pas ^^). C’est un jeu nerveux, rapide et pour autant, technique (arcsys style oblige). Malgré une variété de styles réduite (seulement 10 persos) il est néanmoins très agréable et fun à jouer et il reste, à mon avis, une des meilleures adaptation en jeux de baston vs d’un manga/anim’ à ce jour.
Pour terminer je vous mets une vidéo d’un match entre Ken et Sauzer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *